Recette terrine maison

Je tente cette recette en batch cooking (çàd cuisiner en grande quantité et conserver au surgélateur). L’idée est bien évidemment d’avoir à disposition un repas de qualité (fini ou presque) les jours de flemme ou les jours où on manque de temps 🙂

Ca semble bizarre mais on peut visiblement surgeler une terrine de viande, je ne le savais pas. Je me lance donc dans l’aventure 🙂 On verra bien !

Il y a quelques années, j’ai été en anémie sévère (manque de fer). Ceci expliquait ma grande fatigue. Mon médecin m’avait alors prescrit un complément (ou plutôt médicament…) bieenn connu. Horreur ! en quelques jours seulement, celui-ci m’a donné des crampes abominables au ventre. Je me tordais littéralement en deux. J’ai appris par la suite que ce fameux ‘complément’ était réputé pour donner beaucoup d’effets secondaires surtout aux personnes fragiles des intestins, ce qui est mon cas. Après une nuit affreuse et 1 semaine pour m’en remettre, j’ai décidé de revenir à ma bonne vieille méthode : celle de me soigner avec une alimentation adaptée et de qualité et aussi avec les plantes.

J’investigue la littérature. Ma stratégie est celle-ci : je me concentre sur une alimentation riche en fer d’origine animal (assimilable beaucoup plus vite et en plus grande quantité par notre organisme que le fer végétal) et je me complémente en plantes pour un apport végétal varié (Floradix – complément Fer). 1 mois plus tard, je refais une prise de sang, mon taux de fer était revenu à la normale et sans dégât pour mes intestins…

Quel est le lien avec cette recette me direz-vous ? 🙂

Et bien c’est que les abats sont riches en fer ! Je me suis donc mise à manger du foie et du boudin noir qui ne m’avait jamais attirée, je dois bien l’avouer. Autant j’ai eu assez facile à me mettre au boudin noir, autant le foie a été une autre paire de manche. La recette classique est de le poêler avec des échalottes mais rien à y faire, ca ne passait pas trop. J’ai donc décidé de manger régulièrement du foie mais en terrine (ou pâté si vous préférez). ca passe beauuuucoup mieux :-). Je n’en mange pas souvent mais régulièrement pour faire l’appoint en fer.

Je les prends chez un éleveur que je connais et de qualité bio, indispensable selon moi car pour être claire : le foie c’est du sang et le foie c’est l’organe de détoxination donc autant éviter de prendre du foie intoxiqué qui provient d’un animal nourri/traité aux hormones ou médicaments ou OGM ou ou ou …

Voici donc ma recette :

Ingrédients pour env. 1 Kg de terrine :

  • 800gr de hâché de viande
  • 500 gr de foie de volaille
  • 400 gr de pleurotes
  • 1 bonne poignée de noisettes entières
  • 3 oignons émincés
  • 2 gousses d’ail émincées
  • 2 oeufs
  • 1 CS bombée de farine blanche ou semi complète
  • ~10 gr de sel
  • ~15 tours de moulin de poivre noir
  • 2 CS de cognac
  • Huile d’olive
  • 6 feuilles de laurier
  • ~10 feuilles de sauge
  • 1 poignée d’estragon

Préparation :

  • Préchauffer le four sur 180°C chaleur tournante.
  • Frotter au pinceau les pleurotes et les couper grossièrement (jamais nettoyer à l’eau !).
  • Faire revenir les oignons avec un peu d’huile d’olive. Une fois fondu, ajouter l’ail et les pleurotes. Faire revenir jusqu’à ce que les pleurotes aient libérés leur eau.
  • Nettoyer les foies de volaille et les passer à l’eau.
  • Dans un mixer, placer les foies, les oeufs, la farine, le cognac, le poivre, le sel, l’estragon, la sauge, 3 feuilles de laurier, les oignons, l’ail, les pleurotes. Mixer 5 minutes.
  • Prendre une terrine rectangulaire suffisamment grande pour contenir tout le mélange (idéalement avec couvercle). Mettre la moitié de la préparation, déposer la moitié de noisettes. Finir avec la seconde moitié du mélange et enfin les noisettes que vous enfoncerez du bout des doigts dans la terrine pour ne pas qu’elles noircissent pendant la cuisson si elles restaient en surface. Placer les 3 dernières feuilles de laurier sur le dessus, presser avec la paume de la main pour les incruster en surface (un peu comme une empreinte fossile quoi 🙂 ). Fermer avec un couvercle ou une feuille d’aluminium.
  • Placer au four à 180°C chaleur tournante pendant 30 minutes.
  • Baisser à 150° sans chaleur tournante pendant 1h30.
  • Enlever le couvercle ou l’alu et finir la cuisson à 180° avec chaleur tournante.
  • Piquer avec la pointe du couteau pour s’assurer que le mélange est sec et donc cuit. Retirer de la terrine pour ne pas que le pâté se mouille de la vapeur.
  • Laisser refroidir 1hr, découper en tranche et déguster et/ou surgeler.

Accompagner cette terrine d’une bonne tranche de pain maison et d’une soupe de panais ? C’est par ICI (pain) et ICI (soupe)

🙂 🙂 🙂

Bonne appétit 🙂

Transition Gourmande ne se proclame pas médecin et n’a pas pour but d’émettre un avis médical. Si vous manquez de fer, je vous recommande vivement de consulter et de ne pas pratiquer l’auto-diagnostic.

Comments are closed.