Autonomie alimentaire - Le mythe du jardinier qui a la main verte - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

Oh elle… elle réussit tout… elle a la main verte !

Combien d’entre-nous avons déjà entendu ça ?

Et bien laisse-moi te dire que c’est des bobards ! N’importe qui peut jardiner, personne ne nait avec la connaissance intégrale de la bible du jardinier, personne !

Bien sûr, si tes parents sont des jardiniers accomplis, tu as déjà accès à une base de données de trucs et astuces et de savoir-faire assez conséquente. Tu pars donc avec un avantage c’est certain. Mais si tu n’as jamais touché un râteau de ta vie, tu peux toi aussi devenir un bon potagiste. N’en doute pas un instant ! Ce qu’il faut c’est juste bien définir au départ de ce que tu veux faire au potager ? LE GRAND POURQUOI 🙂

Hein ? Mais de quoi elle parle ? 

Je parle du pourquoi tu as envie de te lancer dans la création d’un potager ? Du THE Pourquoi ? Est-ce parce que tu veux manger mieux ? Tu veux réduire ton budget alimentation ? Tu veux développer ton autonomie ? Tu veux sauver la planète ? Tu veux apprendre à tes enfants qu’une salade ne naît pas dans un sachet déjà coupée et lavée ? Tu veux remplacer ton Xanax par un éclaircissage de semis (l’éclaircissage de semis, c’est le moment où tu penses à rien car tu es trop occupée à essayer de pas tout arracher, c’est une sorte de méditation potagère 🙂 ).

Quel est donc le Pourquoi de ton envie de potager ? Une fois que tu sais pourquoi tu fais ça, tu as un but personnel et tu peux te challenger en conséquence. Je m’explique : pas besoin de viser 3 tonnes de rendement à l’hectare si ton but est de te relaxer au jardin après le boulot ! Aménage un petit potager avec des cultures faciles que tu ne peux pas louper. Tu réussiras ton projet potager parce que tu auras défini exactement ton objectif, tu prendras du plaisir, tu seras zen et quand ces 2 ingrédients du bonheur sont présents, tu peux réussir tout ce que tu entreprends 🙂

Je te dis ça parce que, moi, c’est ce que j’ai fait. J’ai perdu très vite mon objectif premier quand je me suis lancée dans le potager. J’ai mis la barre trop haut, je me suis fixée trop de challenges, j’ai voulu arriver à l’autonomie dans l’année, j’ai vu grand, j’ai vu parfait, j’ai vu multiple… Bref, j’ai tellement entrepris que j’y avais perdu le goût du plaisir. Et c’est là ou je veux en venir, s’il n’y a plus de plaisir parce qu’on s’est éloignée de notre Pourquoi, il y a rarement succès au final. Car le potager devient un fardeau, tu fais des conneries, tu bâcles, tu t’épuises, tu râles et donc effectivement tu n’es pas un jardinier qui va tout réussir…

D’autre part, sache que des ratés tu en auras, c’est normal ! Je vais même te dire que c’est comme ça que j’ai le plus appris. Parce que ce que tu lis, apprends, entends au sujet de la gestion d’un potager et souvent lié à une situation, un contexte précis : ma terre ne sera jamais la même que la tienne, je suis du nord et tu es du sud, mes choix de graines ne sont pas le mêmes que les tiens…. Cela peut paraître anodin mais ce sont des paramètres qui, combinés entre eux, peuvent changer la donne. Ce que tu lis sur ce blog constitue une sérieuse base mais il y aura inévitablement des variantes en fonction de ton terroir. Et c’est ça qui est chouette non ? C’est une forme de biodiversité en quelque sorte 🙂

Donc, LANCE-TOI et fonce 🙂

Avec passion, Valérie

Comments are closed.