Autonomie alimentaire - Méthodes de conservation des fruits et légumes - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

Hello les Greenies 🙂

Aujourd’hui, nous allons parler Conservation, vaste sujet ! Par conservation, on entend toute technique ou moyen qui permet de conserver les fruits et les légumes dans le temps en vue de postposer le moment de sa consommation… Créer du stock quoi 🙂

Il existe différentes méthodes de conservation, je t’explique ci-dessous celles que moi j’utilise le plus souvent.

Clique ICI pour découvrir toutes mes recettes pour conserver tes légumes et fruits et les déguster durant l’hiver 🙂

Quelles méthodes de conservation pour quels aliments ?

La conservation en silo

Autonomie alimentaire - Conservation en silo - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

Les légumes après récoltes sont regroupés dans un silo, une sorte de réservoir à vrac que l’on prépare dans la terre pour y entreposer surtout des carottes, des chicons ou encore des PDT. Protégés des mulots, taupes, 4 dents et autres petits copains opportunistes par du treillis et recouverts de paille ou feuilles mortes, les légumes restent au frais et à l’abri du gel. Mode de conservation très économique 🙂

La conservation sur place

La conservation sur place consiste à… ne rien faire 🙂 On récolte au moment même de sa consommation. C’est ainsi que je pratique pour les topinambours, les crosnes ou encore les ocas qui, en tant que légumes racines, restent bien protégés du gel. Les consommer néanmoins avant le mois de mars sinon ils commencent à germer.

La conservation en clayette

Autonomie alimentaire - Conservation en clayette - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

Ce mode de conservation consiste à stocker à la cave les légumes récoltés sur des clayettes (cagette en bois ajouré). Fonctionne bien (si votre cave est fraiche et sèche) pour les PDT, oignons, échalotes, ails, carottes, courges…

La congélation (-18°C)

Méthode simple et efficace qui nécessite peu de préparation au préalable du fruit ou du légume. 2 inconvénients majeurs : la consommation d’énergie et la limitation de place au fur et à mesure des récoltes. Au tout début, je ne me posais pas ce genre de question, je surgelais point. Puis, est arrivé le moment où le congélo était tellement rempli que j’ai bien dû trouver une alternative de conservation. C’est à ce moment-là que j’ai pris conscience que Autonomie rimait avec limitation d’énergie. Mon projet alimentaire n’est certainement pas de me mettre en marge de la société et des nouvelles technologies, je ne souhaite pas devenir une marginale isolée dans sa bulle et déconnectée des réalités et coups de pouce du monde moderne. J’ai donc décidé, lorsque c’est posé ce problème de place, de continuer à utiliser mon congélateur mais certainement pas d’en racheter un autre. J’y place donc essentiellement les pois, les fèves, les baies rouges entières et les figues (pour de beaux desserts en hiver :-)), mes plats préparés en quantité et à l’avance pour les soirs de flemme (lasagne, farcis, moussaka…),parfois des soupes, les herbes aromatiques qui sèchent mal telle que le basilic.

Le séchage à l’air libre

Autonomie alimentaire - Séchage à l'air libre - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

J’utilise principalement cette technique pour les herbes aromatiques et les plantes médicinales. Mon processus est simple : je récolte par beau temps, je place sur une claie (un ancien moustiquaire reconverti pour ma part 🙂 ) et je dispose à la chaleur et à l’abri de la lumière çàd dans ma véranda qui fait office de véritable étuve et ce, sans dépenser le moindre sou.

La cuisson sans stérilisation

Autonomie alimentaire - Conservation sans stérilisation - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

Je définis la cuisson sans stérilisation comme toute préparation qui doit chauffer sans forcément bouillir et bouillir longtemps : les soupes, les compotes, les sauces tomates… Je m’assure par contre que les contenants et leurs couvercles soient, eux, bien stérilisés avant de les remplir de la préparation encore très chaude. Si tu souhaites conserver tes préparations plus d’un an, je te suggère quand même de faire une stérilisation après mise en bocal (recuisson à temp. supérieure à 90°C pendant minimum 1h). C’est pas idéal au niveau nutritif car la stérilisation détruira davantage encore les vitamines sensibles à la chaleur mais, par expérience, c’est mieux que d’avoir à jeter ses préparations parce qu’on a un doute sur la qualité bactériologique. Frustration assurée !

La cuisson avec stérilisation

Autonomie alimentaire - Conservation avec stérilisation - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

Je définis la cuisson avec stérilisation comme toute préparation préparée d’abord à froid ou à chaud et ensuite stérilisée (chauffe à temp. supérieure à 90°C pendant minimum 1h) pour rallonger la période de conservation : pestos, tomates juste coupées, pickels de légumes…. Attention à la qualité de vos couvercles ! Il est d’ailleurs préférable d’utiliser des couvercles neufs à chaque fois voire, mieux, des ensembles en verres complet (fermeture avec clips).

La lactofermentation (conservation au sel)

Autonomie alimentaire - Conservation par lactofermentation - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

Nécessite un peu de pratique mais quand on la maitrise, tu peux à peu près tout conserver comme ça… sauf les courgettes ! Paaass bon 🙂 Retiens ceci : au plus il y a de sel, au plus le produit garde longtemps.

La conservation au sucre

Autonomie alimentaire - Conservation par le sucre - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

Ouille ouille ! Qu’ai-je dit là ? 🙂 Vade retro satanas ! Je conserve peu d’aliments au sucre mais il y a quand même les confitures (surtout pour Monsieur S. qui en rafole) et les fruits entiers conservés au sirop de sucre tels que poires, cerises et prunes pour s’offrir le luxe d’une belle tarte en hiver avec des fruits entiers 🙂

La conservation au vinaigre

Autonomie alimentaire - Conservation par le vinaigre - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

Je me tourne vers cette méthode principalement pour le vinaigre à l’estragon, les cornichons, le fenouil et la betterave ainsi que les chutneys. Je prends du bon vinaigre de cidre blanc non pasteurisé, pas de vinaigre d’alcool blanc par pitié :-). Attention avec les couvercle métallique, ça rouille et c’est toxique ! Préférer les couvercles en verre.

Voilà ! Il existe bien d’autres techniques que je découvrirais à un moment ou un autre mais pour l’instant c’est déjà pas mal ! Au fur et à mesure de mes expériences, je te partagerai mes péripéties :-).

Clique ICI pour découvrir toutes mes recettes pour conserver tes légumes et fruits et les déguster durant l’hiver 🙂

A très bientôt les Greenies 🙂

Comments are closed.