Culture médicinale - Aménager le jardin avec des arbustes médicinaux - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

Quand je suis arrivée dans ma nouvelle maison et mon nouveau quartier, j’ai été stupéfaite de voir que tout le monde avait le même jardin : les mêmes fleurs, les mêmes arbustes, les mêmes arbres. Je me suis demandée si un paysagiste avait été commis d’office pour cette rue qui est la mienne. On pouvait même comprendre que toutes ces maisons avaient été construites à la même époque car vous le savez il existe aussi un phénomène de mode dans les végétaux et styles paysagistes 🙂

Bref, en bonne atypique, je n’aimais pas ça et je voulais faire un jardin différent et surtout plus vivant, plus joyeux, plus sauvage, plus ‘utile’. J’ai donc déplanté, déplacé, planté et replanté, un vrai champ de mine :-). C’est d’ailleurs ce qui se reproduit chaque automne car mon jardin est toujours « en construction » et je l’agrémente de nouvelles espèces au fur et à mesure de mes apprentissages en Herboristerie et en Phytothérapie. Ceux qui ont le virus comprendront : un jardin ça vit, ça évolue, ça titille, ça questionne…

Si tu es toi aussi dans l’aménagement du jardin, j’aimerais te conseiller ici 3 arbustes que j’affectionne beaucoup et qui me servent dans mes recettes de sorcière herboriste.

Le sureau

Le sureau - Aménager le jardin avec des arbustes médicinaux - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

J’aime bien cet arbuste qui souvent à une forme tout à fait … informe ! J’aime ses courbes, son écorce et particulièrement ses fleurs qui offrent le merveilleux Champagne des Fées (recette de mon Champagne des fées par ici !).

Je l’ai planté car mon jardin est plein sud, sans grands arbres et donc avec peu d’ombre ce qui est problématique avec les épisodes de canicule et de sécheresse que l’on connait maintenant. Le sureau c’était un bon compromis entre sa petite taille, sa beauté et son utilité en herboristerie. Certains me diront mais pourtant le sureau on en trouve partout, pourquoi en planter ? Tout simplement parce que c’est vrai que le sureau on en trouve partout mais pas toujours dans un environnement clean (proche d’un champ de culture traité, d’une route passante, d’une industrie…) or choisir un lieu de cueillette adéquat est CAPITAL ! (Voir mon article sur les conseils de récoltes sauvages ICI)

Néanmoins, pas besoin pour autant d’acheter de plants en jardinerie, tu couperas 2-3 branches sur un sureau en forêt, tu les repiques dans un pot de terre étroit et allongé (style pot à tomate) et tu attends 1 année avant de la planter au jardin. Inratable !

L’églantier

Eglantier - Aménager le jardin avec des arbustes médicinaux - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

L’églantier c’est le rosier sauvage, le rosier à fleur simple que les abeilles adorent butiner (si tu achètes un rosier, préféres les fleurs simples aux fleurs doubles dont le pollen est peu accessible aux pollinisateurs). Sa floraison est assez courte mais mais mais… il te livrera après les premières gelées ses cynorrhodons (espèce de boules rouges qui se forment une fois la floraison finie). Les cynorrhodons sont récoltés blets çàd après les premières gelées et séchés. très riches en vitamines C, ils sont utilisés (vidés de leurs poils intérieurs urticants) en tisane ou dans vos yaourts au petit déjeuner (il remplace parfaitement les fameuses baies de goji). Laisses-en 1/3 pour les oiseaux, ils en raffolent 🙂

L’églantier est un arbuste qui monte haut chaque année, soit tu le tailles, soit tu le palisses pour agrémenter tes tonnelles ou arches. Aucun autre soin spécifique ! Complètement désuet mais magique !

L’aubépine

Aubépine - Aménager le jardin avec des arbustes médicinaux - Par Valérie Marie du Blog Transitiongourmande.com

Ahh l’aubépine ! Certes elle pique mais sa floraison est un régal des yeux et du nez ! Ce pollen qui sent le miel (je n’ai jamais pu le décrire autrement…) quel REGAL ! Il y a l’aubépine blanche et la rose, sa fleur est magnifique, une beauté à la perfection parfaite (bon… oui j’exagère un peu :-)). Ses fleurs, baies et feuilles sont utilisées comme médicinales surtout pour leurs propriétés apaisantes du système cardiovasculaire (je ferai un article sur sa préparation très prochainement).

Je l’utilise principalement:

-en tisane avec ses fleurs et feuilles séchées avant d’aller dormir ou en période de stress.

-en cuisine, avec ses baies blets ET cuites (sinon c’est toxique !). Original !

-en alcoolature, avec fleurs, feuilles et baies, en période de stress ou de palpitations (frayeur, syndrome (pré)ménopause). Bien respecter la posologie et à éviter en cas de prise de médicaments pour des pathologies cardiovasculaires .

Et pour ne rien gâcher, les oiseaux adorent se nicher dans les aubépines car ils se sentent à l’abri. As-tu déjà essayer de mettre une main dans un fourré d’aubépine ? Je te déconseille, ses picots auront vite fait de te lacérer les bras ! idéale plantée en groupe pour former une haie sauvage en lisière de jardin. Il existe aussi en pépinière des aubépines sur tige d’un rose tout à fait sweety !

Et toi, quels sont les arbustes « utiles » de ton jardin ? Ca m’intéresse, tu sais que je suis toujours à la recherche d’expérimentations 🙂

A très vite les Greenies ! Valérie

Note: En cas de blessures, accidents ou intoxication de quelque nature que ce soit, l’utilisateur est l’unique responsable de sa pratique et de son utilisation des données partagées dans le site Transitiongourmande.com et les différents réseaux sociaux y afférant. Veuillez consulter la charte Politique de confidentialité, les mentions légales et la responsabilité de l’utilisateur ICI

Comments are closed.