comment planter les poireaux pour avoir plus de blanc

Voilà un de mes légumes favoris !

Il existe des poireaux d’été et des poireaux d’hiver. Personnellement, je considère le poireau comme un légume d’hiver… Manger des poireaux en été ? Quelle drôle d’idée 🙂

Bon, j’avoue je n’ai pas encore essayé le semis, je me contente d’acheter des plants d’hiver à repiquer fin juillet. Idéalement, le poireau préfère les terres argileuses mais je m’en sors très bien avec ma terre plutôt sableuse. Si vous vous posez des questions sur les types de culture possibles dans votre potager, je vous conseille également la lecture de ces articles :

5 questions à se poser quand on débute son premier potager

5 légumes de printemps-été faciles pour une terre sableuse

5 légumes d’été faciles pour une terre argileuse

Culture du poireau d’hiver

Préparer le poireau

Très rustique, la culture du poireau est assez longue (3 à 4 mois après le repiquage). Souvent, je choisis le traditionnel Bleu de Solaise qui est robuste et offre une belle récolte ou le Saint-Victor pour ses fûts assez gros.

Quand on repique des poireaux, il faut pratique ce que l’on appelle communément l’habillage. Habiller un poireau c’est le préparer avant d’être repiqué pour lui donner toutes les chances de se développer et de se conserver au mieux.

Alors comment habille-t-on un poireau sacre bleu (de Solaise) 🙂 ??

  1. D’abord, on coupe les racines sèches au sécateur pour n’en laisser qu’une longueur de 2cm maximum. La formation de nouvelles radicelles permettront un meilleur enracinement.
  2. Ensuite, on coupe le vert du poireau pour n’en laisser que maximum 10cm. Couper le vert permet au légume de se préserver (çàd éviter de gaspiller son énergie) pendant la phase de reprise pour ensuite concentrer ses réserves sur la production de nouvelles racines.
  3. Enfin, on praline le plant (que j’appelle aussi le crayon car souvent la taille du plant à repiquer à la grosseur d’un crayon 🙂 ). Praliner signifie enrober le plant d’un mélange d’eau, de terre et de fumier frais à parts égales. J’utilise un fumier de vache mais si vous n’en avez pas, vous pouvez tout aussi bien utiliser celui de vos poules. Ou encore ramasser un peu de bouse dans les champs près de chez vous ou ramasser du crottin de cheval qui trainerait sur la route… Donc une fois le pralin réalisé, vous plongez le plant de poireau sur les 2/3 de sa hauteur et vous le laissez sécher ou vous repiquez de suite.

Repiquer le poireau

Je repique le poireau en rang çàd sur une ligne (pas en carré quoi 🙂 ) car le poireau est un légume à buter et buter en carré c’est pas simple pardi !

Sur un rang, je creuse un sillon profond de ± 15cm. Je dispose un plant tous les 10cm ensuite je fais tenir droit chaque plant en refermant le sillon avec un peu de terre sur ±5cm de hauteur. Au fur et à mesure de la pousse, je comble le sillon de terre et bute la base du poireau sur 15cm de hauteur. Tout ceci a pour but d’avoir un maximum de blanc de poireau qui est la partie la plus consommée en général.

Les 2 premiers mois, j’arrose régulièrement si le temps est sec pour assurer une bonne reprise et je coupe 3 fois le bleu du poireau pour le laisser à ± 15cm de hauteur (cela permet de concentrer l’énergie à la fabrication de gros fûts plutôt que de partir dans un feuillage long et chétif)

Le poireau résiste assez bien aux premiers gels et peut rester en pleine terre sans problème. Vous le cueillez quand vous le cuisinez, c’est pas beau ça ? 🙂

Alors on s’y met les Greenies ?

Comments are closed.